CLUB TERROIRS & CO


Vins Bio
Vins en Biodynamie
Vins Naturels

Terroirs and co
Livraison France gratuite dès 350€
We deliver in Europe

Cépages autochtones du Sud-Ouest, les meilleurs vins !

RVF Vins du Sud-Ouest

Dans son numéro du mois de Mai 2022, la Revue du Vin de France (RVF) met un coup de projecteur sur les cépages autochtones du Sud-Ouest. Vous trouverez ci-dessous les cuvées des vignerons qui ont particulièrement retenu l’attention : Domaine Arretxea, La Colombière, Domaine de Brin.

Note : 95/100 – Prix : 27 €

Arretxea Irouleguy Hegoxuri 2020.

Plus les Mansengs s’approchent des Pyrénées, plus ils se révèlent subtils et originaux. Pour s’exprimer pleinement, le gros manseng réclame ces climats océaniques et montagnards. Le cuvée phare du domaine des Riouspeyrous, assemblage de gros manseng, petit manseng et petit courbu, s’illumine aussi grâce à son terroir de grès et schistes. Associées à des notes fumées et une touche d’agrume en finale, la pureté et la tension sont impressionnantes. Un pur régal !

Note : 93/100 – Prix : 22 €

La Colombière Le Grand B 2019

Au domaine La Colombière sur le vignoble de Fronton, Philippe et Diane Cauvin ont retrouvé de vieux ceps de cépage bouysselet. Intrigués, ils l’ont étudié puis replanté. Entre leurs mains, le bouysselet pourrait bien produire parmi les plus grand blancs du Sud-Ouest. Cette cuvée élevée en demi-muids, offre une chair soyeuse à la salinité énergisante. Son pH inouï conduit à penser que l’on a à faire ici à un grand vin de garde.

Note : 92/100 – Prix : 18 €

Domaine de Brin Gaillac Mauzac 2019

Avec ce blanc sec, le mauzac prouve qu’il sait tout faire. Le nez dévoile une touche de pomme verte et de menthe caractéristique du cépage. La sensualité en bouche se révèle encore plus profonde avec une pointe crayeuse. Il termine sur le fruit et la menthe.

Note : 92/100 – Prix : 13 €

Domaine de Brin Gaillac Anthocyanes 2020

Expert des cépages oubliés, Damien Bonnet intervient le moins possible en cave pour laisse ses jus s’exprimer pleinement. C’est dans la profondeur des rouges qu’il va chercher la signature du raisin, comme dans cette cuvée à la consistance séveuse avec cette pointe tannique qui installe le vin sur une matière rafraichissante et une belle tonalité ancrée sur les épices et les notes de graphite.

La Colombière Fronton Les Frontons Flingueurs

Note : 90/100 – Prix : 12,50 €

La Colombière Les Frontons Flingueurs 2020

D’une sucrosité intense, le vin s’élève au-dessus d’un tanin souple et fin, construit sur une chair au plaisir digeste et sensuel. Sa belle dynamique se perçoit dans une finale aérée, libérée et souple.

Nouvelles cuvées Faustine de Comte Abbatucci

Comte Abbatucci Faustine

Dégustation du millésime 2021 en blanc et en rosé ainsi que du millésime 2020 en rouge. Retrouvez toutes les infos sur le domaine : Comte Abbatucci

Comte Abbatucci Faustine blanc

Comte Abbatucci Faustine blanc 2021
La cuvée provient d’une sélection parcellaire de vieilles vignes de Vermentino. Un petit bijou aromatique qui mêle notes fruitées et florales. L’empreinte méditerranéenne est omniprésente : clémentine, abricot, herbes du maquis, thym, notes iodées, une pointe anisée …  L’amplitude et la richesse de la bouche ne cèdent rien à la fraîcheur minérale et à la délicatesse du vin. Une merveille ! 

Comte Abbatucci Faustine rosé

Comte Abbatucci Faustine rosé 2021
Assemblage de Sciaccarellu et de Barbarossa, la cuvée Faustine rosé réconcilie plaisir et gastronomie. Le nez exhale de subtiles notes d’agrumes, de pêche et de fruits rouges, mais aussi des notes florales et quelques épices. Après une belle vivacité en attaque, le cœur de bouche se délie de façon souple et soyeuse. Une touche juteuse de bonbon Anglais ajoute un peu plus encore de gourmandise. Parfait à l’apéritif ou pour accompagner quelques grillades. 

Comte Abbatucci Faustine rouge 2020
Vin emblématique du domaine, la cuvée Faustine est un merveilleux représentant de la Corse, harmonieux et séducteur. Caractérisé par une robe cerise aux reflets rubis, le nez puissant évoque tout de suite le maquis. De l’attaque en fin de bouche, ce vin se caractérise par sa belle palette aromatique. Arôme de fruit noir d’une certaine complexité (baies sauvages du maquis) avec une note de fruit rouge discrète. Il laisse aussi place aux saveurs d’épices et de poivre. Tanins souples et croquants.  

Et si les Sources d’ Agapé étaient à St Amour

Les Sources d'Agapé RVF

Le domaine des Sources d’Agapé, doit son nom à l’adresse du domaine : « Rue des Sources » et au grec Agapé qui signifie « amour inconditionnel ». Une définition qui correspond bien à Arthur Lotrous, nouveau vigneron engagé sur les terres de Saint-Amour.

La quête du terroir

Après son BTS Viti-Oeno, Arthur fait ses armes dans le Bordelais puis en Bourgogne aux côtés des Bret Brothers, où il se forme à la biodynamie notamment. Fin 2018, il saisit l’opportunité de créer son domaine avec la reprise de 6 ha d’un seul tenant sur la Côte de Besset à Saint Amour. Il entame immédiatement la conversion en agriculture biologique de cet îlot de vignes, tenu à distance des voisins par des talus et des haies. Par la conduite en agriculture biologique, Arthur entend révéler le terroir du domaine des Sources d’Agapé, composé essentiellement de grès d’éboulis et d’alluvions.

Arthur Lotrous, vigneron de talent

Dès son premier millésime (2019) Arthur apporte aux Sources d’Agapé une dimension personnelle.
La côte de Besset est découpée en trois parcelles, vinifiées séparément pour donner naissance à ces trois cuvées : « Le Mont Besset » « La Côte de Besset » et « Le Petit Besset ».
Chacune exprime sa singularité et toutes convergent vers l’élégance et la précision.
Par ailleurs cela n’a pas échappé aux dégustateurs de la RVF qui ont attribué 90/100 et 88/100 respectivement au « Mont Besset 2019 » et  » Petit Besset 2019″

Les cuvées des Sources d’Agapé à découvrir

Visite au Caveau de Bacchus de Lucien Aviet (Arbois)

Visite au Caveau de Bacchus Lucien Aviet Arbois

Perché au-dessus d’Arbois, le village de Montigny-lès-Arsures est un passage obligatoire pour tous les amateurs du Jura. D’abord parce que ce terroir est considéré à juste titre comme la Mecque du Trousseau. Mais aussi parce qu’il abrite bon nombre de grands vignerons tels que Stéphane Tissot, Jacques Puffeney et le regretté Lucien Aviet. C’est chez ce dernier que mon voyage fait halte aujourd’hui, désormais connu sous le nom de Caveau de Bacchus.

Lucien et Vincent Aviet, la tradition éclairée du Caveau de Bacchus

Personnage incontournable du vignoble jurassien disparu en Mai 2021, Lucien Aviet avait créé son domaine en 1960 à Montigny-lès-Arsures, au-dessus du village d’Arbois. Il devient le Caveau de Bacchus lorsque son fils Vincent le rejoint dans les années 1990. C’est désormais ce dernier qui perpétue seul sur 5 hectares la production de quelques-uns des vins les emblématiques de la région, notamment sur le cépage Trousseau.

Sans attachement particulier à un cahier des charges, Lucien et Vincent Aviet pratiquent une viticulture raisonnée. Véritablement raisonnée. Vendanges manuelles, vinifications en levures indigènes, aucun intrant autre qu’un usage limité de sulfites. Leurs vins affichent un style d’une grande sincérité et un enracinement profond dans l’esprit du terroir jurassien.

Le terroir-temple du Trousseau

Le caveau de Bacchus produit 50% de vins rouges et 50% de vins blancs à partir de vieilles vignes. Agées de 30 à plus de 60 ans, elles sont toutes issues de sélection massale. Lucien Aviet et son fils sont reconnus pour leur expertise du cépage Trousseau. Les vins issus de ce cépage demeurent des références pour tous les amateurs. Il faut dire que le terroir de Montigny-Lès-Arsures est particulièrement propice à la production de ce cépage. Posés sur les marnes du Trias, du Lias, et sur les marnes irisées du Keuper, les sols se constituent d’éboulis calcaires favorables à la culture de la vigne. Les caractéristiques topologiques et climatologiques ajoutent à cet écrin géologique un atout considérable. En effet, cet amphithéâtre sur le versant occidental du Jura est préservé de la température sévère des hautes montagnes et de l’humidité des contrées basses.

Des cuvées qui ont la mémoire

Les célèbres « Cuvée des Géologues » et « Cuvée des Docteurs » témoignent de l’attachement de Lucien Aviet avec ses amis-étudiants de la faculté de Besançon. Ce sont ces derniers qui l’ont aidé à ses débuts, notamment en venant vendanger bénévolement ses raisins. C’est à cette longue amitié que l’ont doit les noms des cuvées, témoignage de la préférence du Trousseau pour les uns, du Poulsard et du Chardonnay pour les autres.

Les vins dégustés

Lucien Aviet Caveau de Bacchus Arbois Melon à Queue Rouge 2020

Lucien Aviet – Arbois Melon à Queue Rouge 2020

« Un vin original, limpide, aromatique et fringant. Au nez, des notes citronnées, presque exotiques, fleur blanche, notes d’amandes et de noisettes fraîches et une touche anisée. La bouche, pure et digeste profite pourtant d’un joli volume mais ne cède rien à la fraîcheur. Un bien joli représentant de ce cépage autochtone presque disparu.« 

Lucien Aviet – Arbois Trousseau 2020

« L’appétence de cet Arbois Trousseau est redoutable ! … La gourmandise est immédiate avec un nez de framboise, fraise des bois, groseille, poivre, muscade et clou de girofle. Le fruité, la tension et la fraîcheur de ce vin appellent à la jovialité et la convivialité. Un gros canon !« 

Lucien Aviet – Arbois Trousseau Rosière 2018

« Ce terroir Rosière ultra propice au Trousseau permet de réaliser un Arbois d’une rare pureté. Comment ne pas être séduit par ce nez enjôleur de petits fruits rouges croquants prolongé par quelques notes d’eucalyptus ?! … La bouche est juteuse, l’amplitude et la structure sont d’une justesse absolue. Et quelle délicatesse !« 

Lucien Aviet – Arbois Trousseau Poussot 2017

« Le Trousseau Poussot témoigne d’un grand terroir capable de produite des Arbois d’une grande intensité. L’aromatique évoque des notes de cerise noire mûre et quelques notes de cannelle. L’attaque marque par son volume et sa vinosité. La bouche est pleine, soyeuse et se termine sur une trame épicée. Parfait pour accompagner un lapin aux pruneaux.« 

Lucien Aviet Caveau de Bacchus Arbois Nonceau 2018

Lucien Aviet – Arbois Trousseau Nonceau 2018

« Encore un grand terroir à Trousseau pour cette cuvée d’Arbois Nonceau … La parcelle se compose d’éboulis enveloppés par une matrice argileuse, le tout posé sur une couche de marnes grises du Lias. Le Trousseau y fait preuve d’une richesse et d’un relief étonnants au palais. L’élégance du fruité (entre fruit rouge et fruit noir) est parfaitement respectée par un gainage tannique soyeux et juste. A attendre quelques années. Carafage de rigueur.« 

Lucien Aviet – Arbois Vin Jaune Cuvée de la Confrérie 2013

« L’aromatique impressionne par sa puissance et sa complexité : noix fraîche, curry, fruits secs … La rondeur et l’opulence n’ont d’égales que la finesse et la tonicité : cette combinaison est la signature des très grands vins. Le charme et la suavité éblouissent. La longueur semble infinie avec en finale des évocations d’épices et de whisky tourbé.« 

Quelques photos du Caveau de Bacchus (Lucien Aviet)

Nouveaux millésimes au Clos des Mourres

Clos des Mourres

Dégustés cet hiver à l’occasion du Vin de Mes Amis, les nouveaux millésimes du Clos des Mourres sont enfin disponibles, tout particulièrement un millésime 2020 lumineux.

Situé à Vaison-la-Romaine, le Clos des Mourres compte une dizaine d’hectares autour de la ferme maternelle. Il convient d’ajouter 5 hectares acquis du côté de Cairanne dans le Vaucluse au lancement du domaine en 2009. Puis 1 hectare de famille à Vacqueyras. Le nom du domaine, Clos des Mourres, tire son nom d’une salade sauvage (la mourre) présente sur le domaine. C’est le symbole de l’ancrage de Jean-Philippe et Ingrid Bouchet dans leur environnement d’enfance. Comme un clin d’œil à leurs grands-parents respectifs.

Les nouveaux millésimes du Clos des Mourres

Le millésime 2020 a connu un bel alignement de planètes dans la Vallée du Rhône, tant sur le plan de la qualité que de la quantité. Les vins proposent une palette aromatique affriolante déclinant le plus souvent la fraise écrasée en passant par la prune et les épices douces. Les vins disposent d’un bel équilibre et s’affichent plutôt en élégance qu’en puissance. Seule la cuvée Pompette rouge est disponible sur le millésime 2021, le rosé et le blanc le seront à leur tour dans quelques semaines.

Culture biologique et approche naturelle globale

Dès son lancement, Jean-Philippe et Ingrid Bouchet ont décidé de convertir le Clos des Mourres à la culture biologique. De plus, ils ont opté pour des solutions biodynamiques en réponse à des convictions personnelles pour avoir des sols vivants, et exprimer authentiquement le terroir. Travaux à la vigne en fonction du calendrier lunaire, labours et griffonnages 2 à 3 fois par an, vinification par extractions douces, un minimum de manipulation, cuvaison courte, fermentation avec les levures naturelles, aucun produit chimique utilisé. Le Clos des Mourres pratique un élevage sur lies sans soutirage, en cuve béton pendant 6 mois. Mais aussi depuis peu des essais en demi-muids de différentes contenances, jarres et œufs.

Visite au domaine de Mouscaillo

Visite au domaine Mouscaillo Limoux agroécologie

Rencontre avec Thomas et Camille Fort au domaine de Mouscaillo. Une immersion dans le monde de l’agroécologie en compagnie de deux vignerons libre-penseurs engagés.

Il est des rencontres qui bousculent vos pensées et vous ouvrent de nouveaux horizons dans la quête de grands vins et de protection environnementale. Le moment partagé avec Thomas et Camille Fort en fait partie, tant pour l’intelligence du propos que la sincérité de la démarche. Ces deux jeunes vignerons nous rappellent que le choix d’un mode cultural ne peut se résumer à une adoption dogmatique. Le vigneron ne peut pas faire l’économie de sa propre expérience, de sa réflexion et de son cheminement personnel. C’est cette pensée qui conduit le domaine de Mouscaillo à l’agroécologie et à la remise en cause permanente des choix effectués.

Le terroir de Roquetaillade

Sur les contreforts des Pyrénées, adossé à une falaise calcaire, Roquetaillade est un petit village qui se démarque du reste du Languedoc par sa surprenante fraîcheur. On y trouve un véritable carrefour climatique : les entrées Méditerranéennes, atténuées par les Corbières, se mêlent aux influences Atlantiques, le tout tempéré par la fraîcheur venue des Pyrénées.

Les paysages y sont anciens : les roches calcaires datent de l’Yprésien, soit 54 millions d’années. Témoins d’un ancienne mer, une multitude de fossiles marins aux noms poétiques parsèment ces marnes et ces calcaires : Turritella figolina, Assilina leymerei, Nummulites couizensis, Nummulites exilis Alveolina cucumiformis, Operculina subgranulosa, Turritella trempina, …

Les sols y sont profonds : les argilo-calcaires agissent comme de véritables éponges, retenant l’eau et maintenant une certaine humidité dans le sol. La vigne n’y souffre donc pas de la sécheresse.

Mouscaillo, une famille de vignerons de caractère

Pierre et Marie-Claire Fort sont originaires de Roquetaillade et ont travaillé dans les vignes familiales durant leur jeunesse. Contraints de quitter la région limouxine lors de la crise viticole des années 80, ils travaillent dans d’autres domaines un peu partout en France.

Ils passent notamment plusieurs années dans la vallée de la Loire, où ils s’essaient à la vinification des blancs. En y rencontrant Didier Dagueneau,qui les pousse à revenir à leur terroir d’origine et à reprendre les vignes familiales. C’est en 2004 qu’ils sautent le pas et créent le Domaine de Mouscaillo, à partir de seulement 4 hectares de Chardonnay.

Puis en 2017, Camille et Thomas (la belle-fille et le fils), qui travaillaient alors à l’INRA, décident de plaquer le monde de la recherche en écologie pour revenir sur l’exploitation. Depuis 2020, ceux sont eux qui gèrent le domaine : Pierre et Marie-Claire ont pris leur « retraite » (ils ont déniché une petite vigne à Banyuls, où ils vinifient du Collioure Rouge et Blanc).

Camille et Thomas travaillent aussi avec Frédéric, leur beau-frère, qui était boucher-charcutier dans le Jura. L’histoire de Mouscaillo s’est finalement construite sur de nombreux changements de vie !

Des vignes tenues dans le respect du terroir

Le but recherché par le domaine Mouscaillo est que toute l’expression du terroir de Roquetaillade puisse se retrouver dans les vins. Cela passe en toute évidence par la préservation du terroir, des écosystèmes naturels et agricoles dans le paysage. Le travail s’effectue selon des préceptes d’agroécologie. Faire en sorte que les vignes puissent durer aussi longtemps que possible : respect des courants de sève lors de la taille, complantassions, lutte contre les maladies du bois …

Qu’est-ce que l’agroécologie ?

Les études en écologie effectuées par Thomas et Camille les poussent à chercher les meilleurs moyens de préserver l’environnement et le terroir. Tout en ayant des vignes en bonne santé. Pour cela, ils évitent de faire du réductionnisme et essayent d’avoir une approche holistique. Au lieu de chercher une solution unique à un problème, ils tiennent compte de la complexité du système, et travaillent sur une multitude de leviers différents.

L’agroécologie donne ainsi une vision globale qui prend en compte autant les dimensions agricoles, agronomiques, œnologiques, sociales, sanitaires, …

Des labels ?

Ne cherchez pas de labels au domaine de Mouscaillo. Le choix a été volontairement fait de ne pas s’enfermer dans des cahiers des charges nationaux voire européens. Ces derniersi ne tiennent pas compte de la diversité des terroirs, ni des caractéristiques qui sont propres à chacun de ces terroirs.

Pour soigner au mieux les vignes et protéger l’environnement, il est nécessaire de se remettre en question systématiquement. Chaque année est différente de la précédente et demande une réflexion nouvelle. Cela passe par la discussion avec d’autres vignerons, et la prise en compte de l’avancée des connaissances issues de la recherche scientifique. De nombreux tests sont effectués, le tout dans le but de ne jamais considérer les pratiques comme acquises.

L’ensemble de ces pratiques sont régulièrement vérifiées par un organisme indépendant, qui délivre la certification Haute Valeur Environnementale (HVE III).

Dégustation des vins du domaine de Mouscaillo

De la dégustation sur fûts des vins en cours d’élevage aux vins en bouteille actuellement commercialisés en passant par quelques vieux millésimes, voici les meilleurs moments de la journée au domaine de Mouscaillo :

Blanquette de Limoux. Assemblage de Chardonnay (70%), Pinot Noir (20%), Chenin (10%). Brut Nature. Élevage sur lattes pendant au minimum 18 mois. Une bien jolie bulle fraîche et minérale qui évoque des notes florales et citronnées. La bulle est fine, la bouche charnue et la tension délicieuse. Parfait pour démarrer l’apéritif.

Harmonia, Crémant de Limoux rosé. Assemblage de Chardonnay et de Pinot Noir. Brut Nature. Vinifié comme un blanc. Une vinosité et un raffinement qui fait l’unanimité. Parfait pour compagner quelques crevettes, du saumon, une tarte aux fruits rouges, des fraises melba, ou une soupe de fraise aux feuilles de menthe.

Limoux blanc 2018. Ce vin s’impose en véritable référence des vins blancs de l’appellation, et même de tout Le Languedoc. Cette cuvée de 98% de chardonnay (complété par une pointe de Chenin et de Mauzac) donne vie à un vin complexe, vif et minéral. La bouche se caractérise par des notes de poire, de mirabelle et de fleurs blanches qui se délient sur une finale saline absolument somptueuse. Taillé pour la longue garde, le vin s’apprécie dès aujourd’hui en offrant une multitude d’accords gastronomiques.

IGP Haute Vallée de l’Aude Pinot Noir 2019. Changement de style au domaine Mouscaillo avec ce Pinot Noir fruité et délicat marqué par des arômes kirschés d’une grande fraîcheur. On oublie la provenance Languedocienne tant la trame est svelte et les tannins raffinés. Un très beau vin qui devrait encore mieux s’exprimer avec quelques années de garde.

Limoux blanc 2004-2011. Le domaine dispose encore de vieux millésimes qui permettent de mieux appréhender cet immense terroir et la capacité des vins à braver le temps. On reste bluffé par la tension préservée de ces vieux millésimes et la complexité aromatique. Une mention spéciale pour le millésime 2004, 2006 et 2008 qui appellent des volailles en sauce, des poissons nobles et des fromages bien affinés.

Déjeuner au domaine autour de quelques accords mets et vins

Ce qui devait être un grignotage collaboratif symbolique a tourné à un magnifique déjeuner concocté par la famille Lefort : omelette aux asperges sauvages, charcuterie, travers de porc sur les braises et quelques fromages pour démontrer, s’il était encore nécessaire de le faire, la très large palette d’accords autour des vins de Limoux du domaine de Mousccaillo. Un grand moment !