Domaine de l’Arlot

Cultiver la vigne en agriculture biologique et élaborer des vins qui expriment leur terroir d’origine. Cette vision qui respecte la nature pour révéler la vérité des grands terroirs définit la philosophie du Domaine de l’Arlot. Une démarche volontariste qui impose des choix parfaitement assumés, de la vinification à l’élevage. Une vision à long terme qui impose l’exigence du détail et la volonté d’affirmer l’exceptionnel.

Des vignes cultivées en agriculture biologique

Avec des pratiques bio depuis 2000 et une certification AB en 2014, le domaine a initié la biodynamie en 2003, pratique aujourd’hui étendue à l’ensemble des vignes. Il s’agit de changer le regard sur la culture de la vigne en appliquant des pratiques anciennes, basées sur les rythmes, l’observation et le ressenti. Abandonner les engrais chimiques et les produits de synthèse : la vie peut se remettre en marche. Le pied de vigne est le centre d’un équilibre naturel. Il se développe dans un environnement qui lui permet de faire fructifier des raisins chargés du goût et des caractéristiques propres à la parcelle. Les résultats apparaissent évidents : c’est la meilleure voie pour exprimer la vérité des terroirs.

Une vinification spontanée

Intervenir à bon escient et le moins possible dans la naissance du vin définit la règle de base de la vinification des vins du Domaine de l’Arlot. A l’heure des vendanges, les grappes sont récoltées à la main, les raisins sont triés deux fois, à la vigne et à l’arrivée à la cuverie pour ne conserver que le meilleur de la vendange. Une fois les raisins mis en cuve, les fermentations démarrent naturellement, tout fonctionne selon le ressenti. La vinification en rouge comporte une partie de vendange entière quand le millésime le permet, ce qui contribue à l’élégance des vins. Laisser parler les terroirs, extraire délicatement, c’est la méthode adoptée durant les macérations. Les pigeages sont manuels et le nombre de remontages, toujours très limité.

Un élevage sous surveillance

La volonté d’exprimer la vérité des terroirs passe aussi par une approche précise de l’élevage. Les vins sont mis en fûts une fois la vinification terminée pour les rouges alors que pour les blancs, le passage en fûts débute avant la fermentation alcoolique. Les bois choisis proviennent des forêts de chênes français et les chauffes, de très légères à légères, sont là pour préserver le goût du vin pendant l’étape d’élevage, durant laquelle la fermentation malolactique se déroule spontanément et au rythme des saisons.
Cette phase de lente maturation passe par un contrôle et une surveillance de chaque détail où la dégustation est prépondérante et détermine le moment opportun de mettre les vins en bouteilles.

Histoire

A 2 km au sud de Nuits Saint Georges, à Premeaux-Prissey, le Domaine de l’Arlot est le reflet de l’histoire et de la pérennité d’une ancienne propriété bourguignonne de la Côte de Nuits.

D’anciennes archives évoquent la présence de Jean-Charles Vienot, héritier d’une longue lignée bourguignonne comme propriétaire d’une maison et de vignes à la fin du XVIIIème siècle dans le village de Prémeaux. Homme entreprenant, il fait construire des murs autour du domaine et crée ainsi le Clos de l’Arlot, aujourd’hui en appellation Nuits Saint Georges 1er Cru.

En 1891, la propriété est vendue à un négociant en vins, Jules Belin qui agrandira le domaine avec l’achat du Clos des Forêts Saint-Georges et du Clos du Chapeau, un ensemble qui va former le Domaine de l’Arlot. Ses héritiers céderont les bâtiments et les vignes à AXA Millésimes, près d’un siècle plus tard, au début de l’année 1987. Depuis, AXA Millésimes s’est porté acquéreur de deux parcelles de vignes à Vosne Romanée : Vosne Romanée 1er Cru – Les Suchots et Romanée Saint Vivant Grand Cru.

Un parc fabuleux

François Vienot, le fils de Jean-Charles, avait rêvé d’un parc singulier dans la dépression d’une ancienne carrière. Aujourd’hui, des arbres centenaires, une lumière tamisée par le feuillage et des pierres qui furent sculptées par de nombreux artistes à la demande de Jules Belin composent un lieu théâtral et fabuleux qui tranche avec la rigueur des rangs de vigne.

Les figures clés dans l’histoire du domaine

L’histoire récente de la propriété reste marquée par la présence de Jean-Pierre de Smet qui a dirigé le domaine pendant près de deux décennies. En janvier 2007, il transmet la gérance à Christian Seely qui confie la direction technique tout d’abord à Olivier Leriche, puis à Jacques Devauges à partir d’août 2011, et à Géraldine Godot à partir de septembre 2014.

Géraldine Godot est microbiologiste et œnologue. Native de la Bourgogne, elle a fait ses études ainsi qu’une grande partie de sa carrière professionnelle dans la région.

Le domaine en images

%d blogueurs aiment cette page :