Domaine de la Pépière

Aux marches de la Bretagne, le village de Maisdon sur Sèvre abrite le Domaine de la Pépière. Son histoire vigneronne démarre en 1984 lorsque Marc Ollivier, enfant du hameau de la Pépière, crée ce domaine. La Pépière a pour origine le mot «pépie» signifiant avoir soif. En se promenant au-dessus du village où sont plantées les vignes, on comprend mieux pourquoi le hameau a été baptisé ainsi.

Boire plus que de raison ?

La roche apparaît en de nombreux endroits, le terrain est très sec et caillouteux, l’eau a toujours été une denrée rare. Autrefois, les différents puits du village ne suffisaient pas à abreuver les habitants et le bétail. Ainsi le puits familial donne dix litres d’eau par jour en été. Est-ce pour cela que les habitants du village avaient la réputation de boire plus que de raison ? Toujours est-il que la vigne a toujours occupé la plus grande partie des coteaux au-dessus du village et de la rivière.

Bio et biodynamie au domaine de Pépière

Au domaine de la Pépière, on est convaincu que la qualité du vin dépend de la qualité des raisins. Le domaine a donc naturellement choisi des méthodes de travail en adéquation avec sa philosophie. L’arrivée de Rémi Branger en 2007 favorise la conversion du domaine à la culture biologique. Puis celle de Gwénaëlle Croix à la biodynamie en 2013.

L’expression du terroir, d’un terroir, des terroirs

Très tôt, Marc a identifié une cuvée parcellaire. « Des vins dans de vieilles barriques avaient des goûts différents. Un simple regard sur une carte géologique et j’ai compris ». Ainsi née la cuvée Clos des Briords, une parcelle de vieilles vignes sur des sols granitiques.

En 2006 la cuvée Les Gras Moutons voit le jour, à partir de la reprise d’un très beau parcellaire de vigne. Parcelle située sur le haut d’une petite colline au bord de la Maine, balayée continuellement par le vent. Le Melon de Bourgogne s’y exprime sur des sols de gneiss.

La non intervention comme guide

Les techniques modernes et tout particulièrement les différents produits œnologiques permettent aujourd’hui de changer, corriger et ajuster. Le domaine de la Pépière a fait le choix de ne pas suivre cette voie. La non intervention en cave guide les choix à la vigne.

Pour favoriser l’enrichissement naturel du raisin, le domaine adopte rapidement le palissage à 3 fils. Augmentant par ce fait la surface foliaire et donc la quantité de sucre dans les baies. Cette technique couplée avec une taille courte évite ainsi la chaptalisation (apport de sucre) en cave. Les fermentations quant à elles se font naturellement grâce aux levures présentes sur la peau du raisin.

Depuis 2006, plus de désherbants : les sols sont labourés et griffés. L’année suivante c’est tout naturellement que le domaine a choisi la culture biologique. Aux traitements à base de cuivre et de soufre s’ajoute ceux de diverses plantes. La récolte d’ortie, de consoude et de prêle se fait au bord de la Maine. Ces derniers sont apportés sous forme d’infusion, d’extrait fermenté et de décoction.

(Source : Site du domaine)

Quelques photos du domaine de la Pépière

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Conformément au code de la santé publique, les vins, vins doux et bières ont un degré d’alcool de 3% à 18%

%d bloggers like this: