CLUB TERROIRS & CO

Livraison gratuite en France dès 350€. Delivery in Europe.

Ventes privées de vins
Bio, Biodynamie & Nature
en direct des domaines

Les vins de Bourgogne
Bio Biodynamie Nature

La Soeur Cadette
Melon
2022

17,00 €

Nicolas Maillet
Mâcon Verzé
2021

21,00 €

La Soeur Cadette
Vézelay La Châtelaine 2023

21,00 €

La Soeur Cadette
Bourgogne rouge 2023

21,00 €

Domaine de l’Enclos
Chablis à l’ouest 2022

21,50 €

Domaine de Montmain Hautes Côtes de Nuits 2018

22,00 €

Frères Pacaud
Saint-Véran La Côte 2021

25,00 €

Rouges Queues
Hautes Côtes de Beaune 2022

27,00 €

Huber-Verdereau
Monthelie
2022

35,00 €

Follin-Arbelet
Aloxe-Corton 1er Cru Les Vercots 2021

60,00 €

Affichage de 1–40 sur 140 résultats

Petite histoire des vins biologiques, biodynamiques et naturels en Bourgogne

La Bourgogne est bien évidemment réputée pour son histoire viticole et la qualité de ses vins à travers le monde. Si la plupart des vins de Bourgogne sont produits par des méthodes traditionnelles et/ou conventionnelles, il existe également une histoire des vins biologiques de Bourgogne.

Les vins biologiques en Bourgogne

La production de vins biologiques en Bourgogne a commencé dans les années 1970, en même temps que le mouvement des produits biologiques a commencé à prendre de l’ampleur en Europe. Il s’agit donc d’un mouvement relativement récent mais qui connaît une accélération exponentielle depuis quelques années.

En 2021, le nombre d’exploitations viticoles bien Bourgogne augmente de 19 % et les surfaces en conversion de 44 %. La superficie engagée passe de 17 % à 20 % du vignoble, soit plus de 5800 hectares. Si la production de vins Bio en Bourgogne a longtemps connu une progression lente et régulière, on peut se demander les raisons de cette brutale accélération.

Une culture biologique entre éthique et qualité

Aujourd’hui, de plus en plus de domaines en Bourgogne produisent donc des vins Bio, en utilisant des méthodes plus respectueuses de l’environnement, et sans produits chimiques de synthèse. En voici les principales implications :

  • Le retour du travail du sol, dans certains cas à l’enherbement (gestion des adventices, favoriser l’activité microbienne des sols, lutter contre l’érosion)
  • La recherche de l’équilibre de vigueur de la vigne (notamment par la gestion de la fertilisation organique)
  • La mise en place de mesures prophylactiques
  • Une protection phytosanitaire basée sur des produits biologiques (cuivre et soufre sont autorisés par le cahier des charges
  • L’abandon complet des herbicides et des produits de synthèses (fongicides, insecticides et engrais)

Explosion de vins bio en Saône et Loire

La dynamique la plus forte s’observe en Saône et Loire (Vins du Mâconnais en tête) avec une croissance de conversions de +38%, soit 13 % du vignoble. Derrière ces chiffres, il y a certes la demande des consommateurs, mais surtout une véritable prise de conscience et la volonté de monter la qualité des vins. En d’autres termes, l’adoption de la culture biologique n’est pas seulement une approche éthique, mais un véritable moyen pour exprimer la quintessence d’un grand terroir. La nouvelle génération ne s’y trompe pas, sous l’impulsion notamment des artisans vignerons du sud de la Bourgogne : Nicolas Maillet, Nicolas Delfaud, Jean-Marie-Chaland, Julien Guillot, et bien d’autres.

Les vins en biodynamie en Bourgogne

Qu’ils soient certifiés ou en adoption partielle sans réelle revendication, de nombreux vignobles bourguignons se sont orientés vers la Biodynamie ces 30 dernières années. Cette approche écologique de la viticulture qui cherche à équilibrer les écosystèmes en s’appuyant sur les cycles de la lune a notamment trouvé sa place au sein de prestigieux domaines de la Bourgogne dont la mythique Romanée-Conti. Dans la nouvelle génération, on peut également citer Thiebault Huber (domaine Huber-Verdereau), Thomas Pico (domaien Pattes Loup), Julien Guillot (Les Vignes du Mayne), etc.

Le vin naturel en Bourgogne

Phénomène plus récent, le vin nature (ou naturel) s’invite également en Bourgogne. Ce mouvement des vins naturels en Bourgogne a pris de l’ampleur dans les années 1980 et 1990, avec l’apparition de producteurs tels que Jules Chauvet.

Pour rappel, les vins naturels n’ont à l’heure actuelle aucune valeur juridique, et ne sont encadrés par aucune législation. Ils sont la plupart du temps issus de raisins cultivés selon des méthodes agroécologiques, biologiques, ou biodynamiques. Par ailleurs, l’Association des Vins Naturels (AVN) propose un cahier des charges pour encadrer ces vins. En voici les principes fondamentaux :

  • Les raisins doivent être issus d’une culture biologique ou biodynamique
  • Les vendanges doivent être manuelles
  • Seules des levures indigènes (= des levures issues d’un milieu naturel) doivent être utilisées pendant la fermentation
  • L’utilisation de techniques brutales pour le vin est prohibée (comme l’osmose inverse, la flash pasteurisation …)
  • Ne pas utiliser d’intrants œnologiques lors de la vinification, exception faite pour le souffre (= les sulfites) en très faibles quantités

Parmi les pionniers du vin nature en Bourgogne, on peut notamment citer Philippe Valette, Julien Guillot, Julien Altaber, Dominique Derain, le domaine Prieuré-Roch, etc.